Présente

Gabriel Pilon, mouton à cinq pattes

« Mouton à cinq pattes : expression familière désignant une personne possédant une infinité de qualités, quasiment introuvable. » (source wikipédia). Je l’ai trouvé pourtant ! Rattaché à la production, la couleur et en charge de l’informatique, Gabriel est un passionné de technologies, et pour ce que j’en vois au quotidien, un touche-à-tout perfectionniste avec une insatiable soif d’apprendre…
D’ailleurs, si vous recevez cette newsletter, c’est grâce à lui ! Gabriel expérimente, retouche, s’informe, invente, commence et recommence… Mais comme vous allez le voir, on ne devient pas mouton à cinq pattes en un jour… Portrait !

Gabriel, depuis combien de temps es-tu chez Picto Toulouse et qu’y fais-tu exactement ?

Je suis salarié chez Picto depuis 6 ans, mais nous nous connaissons depuis plus de 12 ans. A l’époque, je travaillais chez AGS, une entreprise d’informatique spécialisée dans les arts graphiques qui était un fournisseur de Picto, j’étais en charge des flux de production et j’installais entre autres des serveurs informatiques. Puis AGS s’est fait racheter et dans le même temps je me suis dit que c’était le bon moment pour partir, j’ai donc demandé à Patrick Barbeau s’il y aurait une place pour quelqu’un comme moi chez Picto. Ils ont réfléchi un peu, ne sachant pas quel poste je pourrais occuper (pas si facile de caser un mouton à cinq pattes, ndrl !) et ils m’ont finalement dit oui. Au départ, mon rôle était de seconder Patrick en tant que chef de projet sur les dossiers un peu complexes, en les prenant en charge de A à Z. Niveau informatique, j’ai apporté mes acquis et nous avons pu faire évoluer, au fil du temps, les différents services de l’entreprises (administratif, post-production, atelier…). Et j’ai fini par faire également de la calibration couleur, puisque j’étais déjà formé à ce poste. Depuis 1 an, je fais surtout de l’intégration web. Nous avons mis en place un nouveau site, puis la newsletter et la boutique « Art et Tirage », entre autres choses. Deux fois par an, je suis aussi en charge des retouches de la collection « Élitis » (gamme de papiers peints haut-de-gamme), tous les 2 mois c’est le magazine A toulouse qui m’occupe un peu et le reste du temps des dossiers plus courants.

Quel a été ton parcours avant d’en arriver là ?

Au départ j’ai une formation en maintenance industrielle (robotique, électricité…), en parallèle j’ai suivi des cours de photo par correspondance durant 3 ans. Ensuite, j’ai fait l’armée et à la sortie j’ai été engagé par un revendeur Apple qui m’a formé à l’informatique durant 3 ans, puis j’ai été licencié économique. J’ai alors été embauché par un sérigraphe où j’étais monteur/laborantin (sélection de couleurs, montage de films, projection, impression sérigraphique…). Sans perspectives d’évolutions technologiques, je suis rapidement parti chez un ancien client imprimeur, qui m’a formé aux arts graphiques grâce à un contrat en alternance de 3 ans. Ensuite, j’ai eu envie de partir pour voir comment c’était ailleurs. Je me suis fait embaucher par le plus gros sérigraphe du Québec (spécialisé dans la publicité par l’objet) où je suis passé responsable de production. Je suis revenu en France au bout de 18 mois pour un poste dans une agence de communication toulousaine en tant que responsable studio (photo, mise en page, photogravure et scan). Au bout de quelques temps, ils m’ont muté à Bordeaux où je m’occupais de prospectus publicitaires pour la France, l’Espagne et le Portugal. J’ai vite fini par tourner en rond et préféré quitter mon poste pour retourner dans l’informatique. C’est là que j’ai été engagé chez AGS qui était un fournisseur de Picto. Mon cursus en informatique et arts graphiques les intéressait. Je me suis spécialisé dans les flux de production et en parallèle, ils m’ont formé sur les systèmes informatiques (linux, UNIX, etc.).

Quels ont été tes projets les plus passionnants chez Picto ?

Le premier projet qui m’a vraiment emballé, c’était une scénographie pour la Cité de l’Espace, un de mes premiers dossiers. En collaboration avec Jorge Da Silva, je me suis occupé, du prototypage, des tests, de la vérification des fichiers et de l’envoi en production, J’ai adoré ça ! La plupart de mes dossiers chez Picto sont passionnants. J’aime particulièrement travailler sur les expos, le développement web ainsi que sur de nouveaux projets partant de zéro. Par exemple, j’ai récemment appris à travailler sous WordPress que je ne connaissais pas du tout. Si tu me dis : « On voudrait faire ça mais personne ne sait le faire », je serai toujours partant pour tenter l’aventure. Apprendre chaque jour c’est mon moteur, ma motivation !

Merci Gabriel, si un jour je veux devenir mouton à cinq pattes, je sais maintenant ce qu’il me reste à faire… Beaucoup !

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux

Abonnez-vous et recevez toutes nos actualités en avant-première